Présidentielle au Bénin : la campagne électorale commence

Article : Présidentielle au Bénin : la campagne électorale commence
19 février 2016

Présidentielle au Bénin : la campagne électorale commence

L’élection présidentielle prévue pour mars 2016 au Bénin est entrée dans son dernier virage. A partir d’aujourd’hui, débute sur toute l’étendue du territoire nationale la campagne électorale.


La grande certitude

Il n’y a plus de doute. Le 6 mars 2016, le corps électoral béninois ira aux urnes pour le premier tour de l’élection présidentielle afin de désigner le successeur du président Boni Yayi, l’homme du changement et de la refondation.

Deux semaines de mobilisation, de sensibilisation, d’agitation, d’insomnie et de pollution vocale. Tous les candidats, en tout cas pour ceux qui en ont les moyens, doivent parcourir toutes les contrées du pays pour inviter le peuple et surtout le bas peuple, à voter pour tel ou autre candidat, présenté comme étant le meilleur, le messie, le sauveur.

Les promesses électorales

C’est en cette période que les villageois de mon cher et beau pays le Bénin, voient plus de grosses cylindrées circuler dans les grandes campagnes. En l’espace de deux semaines, le pauvre agriculteur de mon village prend de la valeur et fait monter les enchères. Tous les candidats viennent solliciter son suffrage avec les nombreux salamallékoun. Subitement tout le monde s’intéresse à sa condition de vie : pour l’eau potable qui manque dans le village, on promet d’en faire le forage. Pour le centre de santé qui n’existe pas, dès qu’on aura le pouvoir on va y envoyer le meilleur médecin du pays. Pour l’école qui a connu son dernier instituteur depuis dix ans, à la prise du pouvoir par notre candidat, on viendra construire la résidence du directeur d’école. Bref, c’est la période de toutes les promesses démagogiques et malheur à celui-là qui osent croire en celles-ci. En tout cas comme l’avait si bien dit l’actuel président de l’Assemblée Nationale, les promesses électorales n’engagent que ceux ou celles qui  croient en elles.

Mais la population a tout compris depuis et sait qu’après cette période, il n’y a plus rien à espérer de ces farceurs qui en l’espace de quelques jours se transforment en bon samaritain. Alors elle en profite pour soutirer le plus possible à ceux qui se présentent à elle : tee-shirt, argent, vivres et denrées alimentaires, moyens de transport et de communication. Tout y passe. Pourvu que le candidat donateur croit que son vis à vis est sincère, il en donne : grand marché de dupes.

Les premières images de la campagne

Pour vous faire vivre les premières heures de cette campagne, je vous propose la sélection de quelques photos illustratives.

les Zémidjan ou conducteurs de moto à deux roues, moyens de communication politique très utilisés en cette période de campagne électorale
les Zémidjan ou conducteurs de moto à deux roues, moyens de communication politique très utilisés en cette période de campagne électorale
Un électeur vérifiant ses données sur sa carte d'électeur
Un électeur vérifiant ses données sur sa carte d’électeur
Le candidat Sébastien Adjavon prenant un bain populaire lors d’un meeting dans un stade de la place
Le candidat Lionel Zinsou délivrant un message politique
Le candidat Sebastien Adjavaon en deplacement politique

 

Le candidat Pascal Irenée Koukpaki saluant la foule lors d’une sortie politique

 

Le candidat Lionel Zinsou saluant la foule lors d'un déplacement politique
Le candidat Lionel Zinsou saluant la foule lors d’un déplacement politique
Panneau géant illustrant le candidat Koukpaki
Les vodouns se font aussi inviter dans la campagne. Ici le fétiche Zangbétô ou gardien de la nuit lors d'un meeting politique
Les vodouns se font aussi inviter dans la campagne. Ici le fétiche Zangbétô ou gardien de la nuit lors d’un meeting politique

 

Partagez

Commentaires