Sacrifice humain: l’usage maléfique de l’internet par les  » gayman » est devenu un danger de mort pour la société.


Le phénomène prend de plus en plus de l’ampleur dans mon pays le Bénin. Il n’y a plus de jour où les nouvelles d’un enfant, d’une femme ou d’un homme tué, ne parviennent aux oreilles des populations. Les disparutions des êtres humains deviennent de plus en plus fréquentes. Les corps sans vie, se retrouvent au coin d’une ruelle, dans un buisson ou tout simplement enfoui dans le trefonds nauséabond d’un puit abandonné loin du village. Parfois, les corps des victimes sont amputés, un organe arraché. La preference va du coeur, au sexe en passant par le prélèvement du sang. Les auteurs de ces crimes se recrutent dans tous les rangs de la société. Un voisin avide d’argent, un ami pressé de s’enrichir et parfois le mari ou la femme qui livre son conjoint aux boureaux assoifés de sang humain. L’un des derniers cas est celui d’un jeune qui a égorgé son épouse, l’a vidé de son sang avant de se livrer lui- même à la police.

A la base de ces actes de sacrifices humains, est indexé le phénomène dénommé « gayman » connu ailleurs sous la dénomination de  » broutteur ». En effet pour envoûter leur potentielle proie et  » couper » des sommes importantes d’argent, les broutteurs qui se recrutent dans tous les âges (notament les jeunes moins de 30 ans) nouent des pactes diaboliques avec les fétiches, ces esprits aux pouvoirs surnaturels et parahumains.

Les « hounnons » propriétaires et dignitaires de ces esprits maléfiques font faire à ces jeunes désireux de s’enrichir par l’internet, des rituels qui les amènent à donner à boire du sang humain, à leur « démon » dont le plus connu dans la société est le « klinssi ». Un fétiche typiquement issu des pratiques sataniques, dont le secret rituel fut autrefois bien gardé dans les couvents religieux. Mais de nos jours, le secret se vend moyennement des billets de banque. Les jeunes conscients ou non du danger qui se cache derrière la promesse de détenir cette puissance et de vite s’enrichir s’engagent sur une voie sans retour où au finish c’est le sacrifice humain qui vient couronner les demandes de plus en plus pressantes de l’esprit qui ne se rassasie jamais assez de sang humain.

Le phénomène devient de plus en plus préoccupant, que tout le monde a la peur au ventre. Ces  » gaymens ou broutteurs » sont dans tous les coins de rue. Le fétiche se  positionne sous les sièges de véhicule et des motos. Apparemment nul n’est à l’abris de se faire dévorer par une puissance invisible manipulée par des coeurs insensibles et des mains inexpérimentées. Pour le moment, les parents redoublent de conseils et renforcent la surveillance autour des enfants.

Mais l’ampleur du phénomène dépasse cette barrière sécuritaire parentale et les autorités nationales, les forces de l’ordre sont interpellées pour étouffer et mettre hors d’etat de nuire ces criminels qui se servent de l’internet pour nuire à leurs compatriotes.

Tkp.


tokpanoukoudjo

A propos de tokpanoukoudjo

Je suis Béninois, résident au Sénégal. Médecin de formation et spécialiste des maladies infectieuses et tropicales. En outre j'ai une licence en sociologie, ce qui m'aide à faire le pont avec l'homme qui est le coeur de ma profession médicale. En effet tout bon médecin, doit connaître la sociologie de son patient. Car une médecine sans sociologie est une médecine déshumanisée. Ma passion se résume essentiellement en l'écriture et la littérature. Ainsi je suis auteur de "Cedôtôde ou une enfance brisée", roman, édité aux stars Editions, Cotonou, Septembre 2013. A travers ce roman j'évoque la vie difficile des enfants placés appellés '' vidomessi'' en langue '' goungbé'' parlée à Porto-Novo au sud du Bénin. En cours de publications: "Où va le monde des charognards et des vautours", éditions Harmattan, Sénégal. Cet essai de 200 pages aborde les incohérences de la politique africaine et internationale. Cette politiqque qui au nom des intérêts des Etats n'hésite pas à sacrifier des vies humaines. "Ma conviction intime pour le MJUD", Stars Editions. Il s'agit d'une oeuvre de militantisme politique qui relate mon petit parcours d'activiste politique à travers le Mouvement des Jeunes Unis pour le Développement (MJUD). J'ai rencontré mondoblog sur RFI grâce à ma passion pour la culture et la littérature. J'y fais mon petit chemin d'apprenant, pour partager avec le monde les vécus sociétaux et culturels autour de moi. Mes leaders spirituels et charistimatiques sont: Patrice Lumuba, Thomas Sankara, Martin Luther King et Nelson Mandela. Je crois en leur lutte pour un monde plus humain.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *