Sénégal: plus qu’un phénomène religieux, le ramadan est un fait de société


Ramadan senegal 1Voici deux jours que le carême des musulmans est décrété partout sur la terre. A l’instar de leurs coreligionnaires, les musulmans du Sénégal sacrifient tout pour honorer ce mois saint qui est l’un des grands piliers de l’Islam. Partout dans les rues et les services, l’atmosphère du jeûne est palpable. Les rues sont désertes, les services se vident avant les heures de fermeture. Tout le monde court pour rompre le jeûne en famille.

Plus qu’un fait religieux, ici il s’agit aussi d’un fait socio-communautaire. Dans les services et dans les quartiers, entre deux causeries, les musulmans invitent leurs frères chrétiens à jeûner avec eux. C’est aussi pour les musulmans une manière de savoir qui sont les véritables amis dans l’autre religion. En effet, il faut accompagner le frère musulman dans son carême: un lot de fruits ou des sacs de sucre ou de riz, ça fait du bien à celui qui jeûne. C’est la solidarité africaine.

Les mosquées sont envahies aux heures de prières. Les rues sont bloquées et les usagers sont obligés de faire de grands tours. Chaque fois quand je vois les mosquées remplies à craquer, je me pose la question de savoir où se trouvaient ces centaines de pratiquants aux heures habituelles de prière?

En plus de ces prières régulières organisées dans les mosquées, les différentes confréries religieuses dont les sénégalais seuls en ont le secret, organisent des prèches à l’intention de leurs fidèles. Ce jour dimanche 21 juin, j’ai pu capter quelques images de la confrérie des Tidjanes sur le terrain de football du quartier  Fass à Dakar.

Ramadan senegal 2   Ramadan senegal 3

De longues heures de prières interminables. Il ne fait pas bon de vivre ici à Fass au cours de ces prèches. La sonorité dépasse les limites du supportable pour les oreilles. Les haut parleurs crachent la voix forte du guide spirituel quand les fidèles transpirent sous des bâches chauffées par le soleil ardent de Dakar. On sait quand la prèche commence mais on sait pas quand ça va finir.

Ramadan senegal 8     Ramadan senegal 7

De partout les fidèles viennent assister à ces séances de purification. A pieds, ils viennent, en transport en commun, en car rapide, en taxi ou en véhicules particuliers, ils se déplacent pour se nourir de paroles saintes venant de la bouche sanctifiée du marabout, le guide spirituel. Pour ces vacrmes dans toute la ville de Dakar, nous en avons encore pour 28 jours bien comptés.

Ramadan senegal 9     Ramadan senegal 10


tokpanoukoudjo

A propos de tokpanoukoudjo

Je suis Béninois, résident au Sénégal. Médecin de formation et spécialiste des maladies infectieuses et tropicales. En outre j'ai une licence en sociologie, ce qui m'aide à faire le pont avec l'homme qui est le coeur de ma profession médicale. En effet tout bon médecin, doit connaître la sociologie de son patient. Car une médecine sans sociologie est une médecine déshumanisée. Ma passion se résume essentiellement en l'écriture et la littérature. Ainsi je suis auteur de "Cedôtôde ou une enfance brisée", roman, édité aux stars Editions, Cotonou, Septembre 2013. A travers ce roman j'évoque la vie difficile des enfants placés appellés '' vidomessi'' en langue '' goungbé'' parlée à Porto-Novo au sud du Bénin. En cours de publications: "Où va le monde des charognards et des vautours", éditions Harmattan, Sénégal. Cet essai de 200 pages aborde les incohérences de la politique africaine et internationale. Cette politiqque qui au nom des intérêts des Etats n'hésite pas à sacrifier des vies humaines. "Ma conviction intime pour le MJUD", Stars Editions. Il s'agit d'une oeuvre de militantisme politique qui relate mon petit parcours d'activiste politique à travers le Mouvement des Jeunes Unis pour le Développement (MJUD). J'ai rencontré mondoblog sur RFI grâce à ma passion pour la culture et la littérature. J'y fais mon petit chemin d'apprenant, pour partager avec le monde les vécus sociétaux et culturels autour de moi. Mes leaders spirituels et charistimatiques sont: Patrice Lumuba, Thomas Sankara, Martin Luther King et Nelson Mandela. Je crois en leur lutte pour un monde plus humain.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *