Le déguerpissement des espaces publiques a commencé à Cotonou.


Le gouvernement de la Rupture puis du Bénin Révélé était fortement attendu sur cette opération de déguerpissement des espaces publiques occupés dans les grandes villes du Bénin.

En effet annoncé à grands renforts de démonstration musclée par le préfet du Littoral, appuyé par le ministre du cadre de vie, cette activité est devenue effective ce jour. IL s’agit pour les occupants des espaces publiques de libérer lesdits domaines avant le 31 décembre 2016, sous peine de se voir éjecter des lieux manu militari.

Les propriétaires assistent impuissants à la démolition de leur immeuble situé dans l’emprise de l’espace publique.

Opération controversée, diversement appréciée par les différents acteurs de la société, elle se tient fermement ce jour et selon un calendrier bien défin, sous l’oeil vigilant de l’auteur de la création de la ligne rouge à Cotonou, le très actif préfet du Littoral. Il faut cela pour les béninois diraient certaines langues, car trop de désordre dans cette démocratie où chacun semble connaître ses droits plus que l’autre mais où personne ne se demande quel est son devoir.

Il faut venir chez moi au Bénin pour voir comment les trottoirs sont occupés par des vendeurs et vendeuses, des espaces de jeux occupés par des vendeurs d’essence frelatées au vu et au su des autorités compétentes. Mais depuis la révélation du Bénin révélé, voilà le toboulisme (néologie créée à partir du nom du préfet du Littoral) qui maintient les béninois au respect.

J’ai compris que le béninois peut être respectueux des décisions de l’autorité pourvu que cette derrnière reste ferme et ne fait pas de clientélisme. Après le deguerpissement des espaces, c’est sûr que l’autre terrain où la Rupture va s’essayer est la lutte contre la vente illicte de l’essence frelatée dite kpayô au bord des voies publiques.

Bravo aux actions du Bénin révélé et que le béninois soit pour une fois discipliné. Le président Talon est clair et ferme là dessus, Gouverner,  c’est la vertu et la rectitude

 


tokpanoukoudjo

A propos de tokpanoukoudjo

Je suis Béninois, résident au Sénégal. Médecin de formation et spécialiste des maladies infectieuses et tropicales. En outre j'ai une licence en sociologie, ce qui m'aide à faire le pont avec l'homme qui est le coeur de ma profession médicale. En effet tout bon médecin, doit connaître la sociologie de son patient. Car une médecine sans sociologie est une médecine déshumanisée. Ma passion se résume essentiellement en l'écriture et la littérature. Ainsi je suis auteur de "Cedôtôde ou une enfance brisée", roman, édité aux stars Editions, Cotonou, Septembre 2013. A travers ce roman j'évoque la vie difficile des enfants placés appellés '' vidomessi'' en langue '' goungbé'' parlée à Porto-Novo au sud du Bénin. En cours de publications: "Où va le monde des charognards et des vautours", éditions Harmattan, Sénégal. Cet essai de 200 pages aborde les incohérences de la politique africaine et internationale. Cette politiqque qui au nom des intérêts des Etats n'hésite pas à sacrifier des vies humaines. "Ma conviction intime pour le MJUD", Stars Editions. Il s'agit d'une oeuvre de militantisme politique qui relate mon petit parcours d'activiste politique à travers le Mouvement des Jeunes Unis pour le Développement (MJUD). J'ai rencontré mondoblog sur RFI grâce à ma passion pour la culture et la littérature. J'y fais mon petit chemin d'apprenant, pour partager avec le monde les vécus sociétaux et culturels autour de moi. Mes leaders spirituels et charistimatiques sont: Patrice Lumuba, Thomas Sankara, Martin Luther King et Nelson Mandela. Je crois en leur lutte pour un monde plus humain.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *