Election présidentielle au Bénin: Trente trois partants, un seul élu.


Le verdict est irrefutable. Point n’est besoin d’attendre la Cour Constitutionnelle pour déclarer que le futur président du Bénin sorti des urnes a pour nom Patrice TALON. Le roi est mort, vive le roi. Un pouvoir s’en va et un autre s’installe. Le changement et la refondation font place à la rupture et c’est le Bénin qui gagne.


 

1-Le président Boni YAYI, agent de publicité du président Patrice TALON.

Il a pour nom Patrice TALON. Le nouveau président élu de la République du Bénin, n’est pas un inconnu de ses compatriotes. Depuis octobre 2012, il occupait la scène politico-publique du Bénin et des régions que le Bénin interesse par cette ténébreuse affaire dite de tentative d’empoisonnement du chef de l’Etat en fin de mandat, le Dr Profeseur Boni Yayi. En effet si Patrice Talon que nous devons nous employer désormais à appeller Son Excellence Monsieur le Président, se coulait douce dans ses affaires de coton et d’usines d’égrenage sans se faire connaître du monde populaire béninois, il faut dire qu’il aurait bénéficié d’une publicité gratuite de la part du chef de l’Etat sortant et de son système. Le système dis-je aurait contribué à faire sortir le Futur Excellence de l’ombre et à le mettre sous les lampadaires ou les lampions des béninois. En tout cas durant plus de deux ans, le président sortant Yayi Boni fut l’agent de publicité du futur ou actuel Excellence Monsieur le président de la République du Bénin. Reste à savoir comment les factures de cette publicité seraient payées par le futur locataire du palais de la Marina?

2- De l’exil au pouvoir.

Contraint à se réfugier en France pour échapper à la machine répressive politico-judiciaire de son ex-associé Excellence Monsieur le Président de la République Patrice TALON, va parfaire son plan de prise du pouvoir et se faire entourer des gros bonnets intellectuels, peu politiques selon certains mais très habiles et aussi rusés que lui,


et occuper la scène nationale progressivement et étendre son réseau et ses filets à travers le pays du nord au sud et de l’est à l’ouest. Renard sûrement il fouinait tranquilement dans les brèches, les élargissait et s’adaptait tel un caméléon et avançait à pas lents mais avec forte assurance.

Ainsi le 20 mars 2016 vint livrer le secret de polichinelle des béninois: Finir avec le système YAYI et donner feu vert à son frère et ennemi juré: Patrice TALON. Tout le monde le savait. Les béninois étaient fatigués de leur président, mais tout le monde se demandait qui allait le remplacer. Celui-ci n’était sûrement pas loin du pouvoir, car il l’aurait financé et l’aurait monté lui-même depuis 2006. Il nommait les ministres et gerait les affaires du pays par procuration: c’est le génie du futur Excellence Monsieur le Président de la République.

3- Les leçons à tirer de cette élection.

La première leçon est que cette élection s’est déroulée dans le calme. Les béninois ont voté sans violence aucune.

La deuxième leçon est celle de l’humilité en toute chose. En effet vu le grand fossé qui s’est creusé entre les deux présidents, le sortant et l’entrant, il faut une bonne dose d’humilité des deux côtés pour que le rapprochement se fasse. Le président sortant a juré tout le temps de ne jamais donner le pouvoir à son ennemi juré: Mais en le disant il prophétisait le succès de l’autre et Dieu l’écoutant lui demande de passer le témoin à celui-là qu’il a oint pour diriger le pays. Comment faire? Wait and see.

La troisième leçon est que rien n’est éternel sur cette terre. Tout est éphémère et tout passe sauf la parole de Dieu. Dix ans pour Yayi Boni, seraient passés trop vite. Le président sortant a-t-il eu le temps de dérouler tout son projet de société? Je ne peux le dire. Pour le reste il va devoir passer les dossiers à son frère et AMI le président Patrice TALON et son équipe pour la continuité. Vive le Bénin, Vive le peuple et l’alternance au sommet de l’Etat.

Tkp.


tokpanoukoudjo

A propos de tokpanoukoudjo

Je suis Béninois, résident au Sénégal. Médecin de formation et spécialiste des maladies infectieuses et tropicales. En outre j'ai une licence en sociologie, ce qui m'aide à faire le pont avec l'homme qui est le coeur de ma profession médicale. En effet tout bon médecin, doit connaître la sociologie de son patient. Car une médecine sans sociologie est une médecine déshumanisée. Ma passion se résume essentiellement en l'écriture et la littérature. Ainsi je suis auteur de "Cedôtôde ou une enfance brisée", roman, édité aux stars Editions, Cotonou, Septembre 2013. A travers ce roman j'évoque la vie difficile des enfants placés appellés '' vidomessi'' en langue '' goungbé'' parlée à Porto-Novo au sud du Bénin. En cours de publications: "Où va le monde des charognards et des vautours", éditions Harmattan, Sénégal. Cet essai de 200 pages aborde les incohérences de la politique africaine et internationale. Cette politiqque qui au nom des intérêts des Etats n'hésite pas à sacrifier des vies humaines. "Ma conviction intime pour le MJUD", Stars Editions. Il s'agit d'une oeuvre de militantisme politique qui relate mon petit parcours d'activiste politique à travers le Mouvement des Jeunes Unis pour le Développement (MJUD). J'ai rencontré mondoblog sur RFI grâce à ma passion pour la culture et la littérature. J'y fais mon petit chemin d'apprenant, pour partager avec le monde les vécus sociétaux et culturels autour de moi. Mes leaders spirituels et charistimatiques sont: Patrice Lumuba, Thomas Sankara, Martin Luther King et Nelson Mandela. Je crois en leur lutte pour un monde plus humain.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *