Palétuviers sur le fleuve de Sô-Ava

Nostalgie climatique, poème d’un défenseur de la nature qui s’adresse à ses comtemporains.


Le monde ne cesse de se dégrader; dégradation résultant des actions néfastes de l’homme sur son environnement. L’homme dans son désir de dominer le monde a oublié qu’il n’est qu’un des multiples éléments qui composent la nature et qu’il doit négocier avec les autres éléments.  Mais Hélas!

Ecoutons la voix de  cet défenseur de la nature, démuni devant les atrocités imposées à la nature.


Peuples de la Terre, Frères de l’autre bout du monde, de l’Amazonie et du Bénin. Voisins de l’autre rive de l’Atlantique et de la Méditerranée, nos enfants et nos petits enfants ne vivront pas sur la terre que nous avions connue.
Qui leur racontera la vie de l’autrefois, harmonieuse avec la nature, en respect des traditions de la forêt et soucieuse du devenir du bien commun, dame Nature ?
Qui leur dira qu’autrefois nous parlions le langage des animaux et décodions les empreintes des pas des éléphants pour nous orienter dans la forêt ? Trouvez- moi quelqu’un pour dire aux générations futures que jadis nous connaissions la vertu des plantes et l’utilisions pour nous soigner. Nostalgie.
Peuples de la Terre, frères de l’autre bout du monde, de l’Amazonie et du Bénin. Voisins de l’autre rive de l’Atlantique et de la Méditerranée, qui pourra raconter à nos enfants et petits -enfants que le marin sans boussole, avec sa connaissance des saisons et du climat naviguait de l’Amérique à l’Afrique et de l’Afrique à l’Asie. Nostalgie.
Peuples de la Terre, frères de l’autre bout du monde, de l’Amazonie et du Bénin. Voisins de l’autre rive de l’Atlantique et de la Méditerranée comment expliquer à nos enfants et petits-enfants que notre génération a réussi à briser l’harmonie entre dame nature et nous, harmonie que nos pères nous ont laissée en héritage. Comment expliquer aux générations futures que par nos mains et nos dents, nous avons réussi à créer un monde où vivre en symbiose avec la nature devient un problème. Nous avons réussi à faire de notre planète un enfer. Qui pourra l’expliquer aux générations futures ? Nostalgie.
Peuples de la Terre, frères de l’autre bout du monde, de l’Amazonie et du Bénin. Voisins de l’autre rive de l’Atlantique et de la Méditerranée, la révolution industrielle nous a conduit à une industrialisation galopante de nos cités.
Nous avons puisé du pétrole partout dans le monde pour alimenter nos grosses usines. Nous avons pollué l’environnement de carbone. Nous avons libéré dans la nature du gaz non recyclable, les gaz à effet de serre qui nous enserre. Qui pourra l’expliquer aux générations futures ?
Nous avons détruit nos forêts pour ériger de grands buildings et construire de nouvelles villes. Nous avons détruit nos forêts pour faire des papiers et alimenter nos grandes imprimeries. Nous avons détruire l’équilibre naturel de la planète. Qui pourra l’expliquer aux générations futures ? Nostalgie.
Peuples de la Terre, frères de l’autre bout du monde, de l’Amazonie et du Bénin. Voisins de l’autre rive de l’Atlantique et de la Méditerranée, dites-moi comment dire aux générations futures, que nous sommes responsables des changements climatiques ?
Oui nous sommes responsables du décalage des saisons. Oui nous sommes coupables de la montée des eaux de nos océans et de la fonte des massifs glaciers. Nous sommes complices de l’érosion côtière qui engloutit nos villes et nous menace d’extinction.
Nous sommes auteurs et coauteurs, de la canicule qui étouffe et qui emporte sur son passage des êtres qui nous sont chers. Comment expliquer aux générations futures que nous sommes complices de la mort de nos parents emportés par les tsunamis et ces forts orages qui frappent nos régions ?Nostalgie.
Peuples de la Terre, frères de l’autre bout du monde, de l’Amazonie et du Bénin. Voisins de l’autre rive de l’Atlantique et de la Méditerranée, qui peut expliquer à nos enfants et petits-enfants que néanmoins, nous avons essayé de trouver des solutions au problème. Beaucoup de sommets furent organisés pour endiguer le mal ? De la conférence de Rio à la COP 21 de Paris, nous avions pris de solides résolutions et faire de belles promesses qui trainent à se concrétiser. Comment expliquer aux générations futures que les promesses de fonds faites, ne sont rien d’ autre que déshabiller Paul et habiller Pierre ? Nostalgie.
Peuples de la Terre, frères de l’autre bout du monde, de l’Amazonie et du Bénin. Voisins de l’autre rive de l’Atlantique et de la Méditerranée, j’ai la nostalgie de ce temps jadis, où revenant de la ville pour les vacances je pouvais chanter :« Qu’il est gai de voguer sur le lac Ahiémé quand le temps est serein fredonnant un refrain. Les pêcheurs enjôlés, jettent leurs filets. La barque va très vite, rame par rame et nous rapproche de la berge. A l’autre bord de la rive, cocotiers et palmiers forment un beau pâturage vert».
Nostalgie, J’ai la nostalgie !


tokpanoukoudjo

A propos de tokpanoukoudjo

Je suis Béninois, résident au Sénégal. Médecin de formation et spécialiste des maladies infectieuses et tropicales. En outre j'ai une licence en sociologie, ce qui m'aide à faire le pont avec l'homme qui est le coeur de ma profession médicale. En effet tout bon médecin, doit connaître la sociologie de son patient. Car une médecine sans sociologie est une médecine déshumanisée. Ma passion se résume essentiellement en l'écriture et la littérature. Ainsi je suis auteur de "Cedôtôde ou une enfance brisée", roman, édité aux stars Editions, Cotonou, Septembre 2013. A travers ce roman j'évoque la vie difficile des enfants placés appellés '' vidomessi'' en langue '' goungbé'' parlée à Porto-Novo au sud du Bénin. En cours de publications: "Où va le monde des charognards et des vautours", éditions Harmattan, Sénégal. Cet essai de 200 pages aborde les incohérences de la politique africaine et internationale. Cette politiqque qui au nom des intérêts des Etats n'hésite pas à sacrifier des vies humaines. "Ma conviction intime pour le MJUD", Stars Editions. Il s'agit d'une oeuvre de militantisme politique qui relate mon petit parcours d'activiste politique à travers le Mouvement des Jeunes Unis pour le Développement (MJUD). J'ai rencontré mondoblog sur RFI grâce à ma passion pour la culture et la littérature. J'y fais mon petit chemin d'apprenant, pour partager avec le monde les vécus sociétaux et culturels autour de moi. Mes leaders spirituels et charistimatiques sont: Patrice Lumuba, Thomas Sankara, Martin Luther King et Nelson Mandela. Je crois en leur lutte pour un monde plus humain.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *