Mondoblogueur peut être gaou mais jamais yanta. 1


Dans un groupe quand on pose une question qui n’est pas claire,il faut demander de précision.


Premier jour des mondoblogueurs au pays de « Nulle part ». Un samedi après midi très clément que seule la ville de « Ne dit pas mon nom » sait offrir à ses paisibles habitants. Le vent soufflait léger sur la ville, atmosphère ni trop chaude ni trop froide. Le voyage fut long pour certains voire très long pour d’autres. L’Afrique est le seul continent au monde, où les vols aériens sont effectués comme dans des cars rapides ou les gbacas chez nos amis les gaou. Trop d’escales, il faut s’arrêter dans chaque pays pour prendre des passagers. Ainsi au bout du rouleau, voici le passager qui descent éreinté et totalement cassé. Bref apès ce voyage long et fatiguant, les mondoblogueurs ont eu droit à un déjeuner chez tata chantou. Certains ont préféré aller faire une petite sieste quand d’autres ont cru bon aller s’acheter une puce de téléphone et de crédits pour donner des nouvelles de la famille.

Un peu plus tard vers la soirée, voici nos nouveaux blogueurs venus s’asseoir dans la paillote centrale de chez tata chantou. Quoi de plus normal. Il faut faire connaissance. Faire le brassage. C’est ainsi que j’ai rencontré mes amis de la Côte d’Ivoire, « Gbè est mieux que dra« , celui d’ Au pays des éléphants sans oublier les Togolais et les Maliens. L’ambiance était bon enfant et on causait comme de vieux amis lycéens qui se réjouissent de la victoire présidentielle de leur ami Roch Kaboré de Ouaga. Jusque là personne n’est encore gaou encore moins yanta.

Mais subitement une question fusa de devant et on cherchait à savoir <<tu prends quoi?>> On demandait ainsi la boisson préférée de chacun. Certains optaient pour la bierre  » gazelle », d’autres laissaient leur penchant s’épandre du côté des sucreries. Le drame allait survenir bientôt. En effet on avait pas encore atteint la moitiée de nos bouteilles quand tata chantou, flanquée de son gérant, vint pour faire le point des conso. Il faut payer. Mais qui va payer? Nous on nous a demandé ce que nous allons boire et non si nous avons de l’argent pour boire quelque chose. On a répondu à la question qui nous a été posée. Heureusement que le mondoblogueur était fliqué. Il a donc payé, sinon c’est pas gazelle qu’il allait boire mais saurait été une coupe de honte. Mondoblogueur est peut être gaou mais jamais yanta.

Ici sous les tropiques quand tu demandes à quelqu’un ce qu’il va boire, c’est toi qui prend en charge la bouteille. Ici sous les tropiques tu ne peux pas inviter une go dans un restau et faire five/five ou cinquante cinquante? Non c’est toi qui assumes les 100%. C’est cela le gentleman.

Bref désormais que les questions soient bien précises, claires et sans ambiguité. Et toi aussi mondoblogueur quand tu ne comprends pas une question, pose des questions pour mieux  comprendre et ne pas te faire gaou, puis yanta.

Mais pour le moment mondoblogueur est peut être gaou mais jamais il ne sera yanta.

 

 


tokpanoukoudjo

A propos de tokpanoukoudjo

Je suis Béninois, résident au Sénégal. Médecin de formation et spécialiste des maladies infectieuses et tropicales. En outre j'ai une licence en sociologie, ce qui m'aide à faire le pont avec l'homme qui est le coeur de ma profession médicale. En effet tout bon médecin, doit connaître la sociologie de son patient. Car une médecine sans sociologie est une médecine déshumanisée. Ma passion se résume essentiellement en l'écriture et la littérature. Ainsi je suis auteur de "Cedôtôde ou une enfance brisée", roman, édité aux stars Editions, Cotonou, Septembre 2013. A travers ce roman j'évoque la vie difficile des enfants placés appellés '' vidomessi'' en langue '' goungbé'' parlée à Porto-Novo au sud du Bénin. En cours de publications: "Où va le monde des charognards et des vautours", éditions Harmattan, Sénégal. Cet essai de 200 pages aborde les incohérences de la politique africaine et internationale. Cette politiqque qui au nom des intérêts des Etats n'hésite pas à sacrifier des vies humaines. "Ma conviction intime pour le MJUD", Stars Editions. Il s'agit d'une oeuvre de militantisme politique qui relate mon petit parcours d'activiste politique à travers le Mouvement des Jeunes Unis pour le Développement (MJUD). J'ai rencontré mondoblog sur RFI grâce à ma passion pour la culture et la littérature. J'y fais mon petit chemin d'apprenant, pour partager avec le monde les vécus sociétaux et culturels autour de moi. Mes leaders spirituels et charistimatiques sont: Patrice Lumuba, Thomas Sankara, Martin Luther King et Nelson Mandela. Je crois en leur lutte pour un monde plus humain.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Mondoblogueur peut être gaou mais jamais yanta.