Le football fait des morts au stade l’Amitié de Kouhounou à Cotonou.




  • Le contexte

Le dimanche 06 août 2015, le Bénin a livré à domicile contre le Mali, un match de football entrant dans le cadre des éliminatoires de la prochaine coupe d’Afrique des Nations. Annoncé par de grandes publicités télévisées et radio diffusées, sous fonds de patriotisme, ce match a drainé un monde fou de fans du sport roi. Le stade de l’Amité était plein comme un oeuf et les spectateurs autant excités comme de de beaux diables.

Au cours du match, les joueurs béninois n’ont pas vraiment convaincu et les Maliens n’ont pas tardé à ouvrir le score et menant donc leurs adversaires à 1-0 sur leurs propres installations. On pourrait bien imaginer la déception dans le rang des suporters béninois, venus nombreux supporter leur équipe nationale. Certains se décourageaient déjà mais là encore c’est sans tenir compte du génie des joueurs Béninois qui ont redoublé de technicité pour mettre un but et donc égaliser. La joie était donc à son comble dans la partie béninoise. C’est justement sur ce score de 1-1 que le jeu va prendre fin, mais de façon dramatique.

  • Le drame

scandale stade 2Personne n’a pu jusqu’à présent nous dire ce qui s’est réellement passé. Mais le constat qui est fait est que subitement une bousculade est née dans le rang des supporters. Les tribunes furent prises d’assaut par une horde de spectateurs qui fuyaient je ne sais quoi. Rapidement les services de sécurité et du maintient de l’ordre sont dépassés par la masse d’individus qui se ruaient les unes sur les autres. Les uns se piétinaient et d’autres se bousculaient. Ceux qui sont tombés deviennent des marche pieds pour ceux qui pouvaient encore fuir.Au finsh, on dénombre plusieurs blessés et malheureusement deux morts, victimes gratuites de leur passion: le football.

  • Les responsabilités

Les responsabilités traînent à être situées. Au Ministère du Sport et au niveau de la fédération béninoise de football, les autorités parlent d’une enquête qui est ouverte. On refuse de jeter le tord sur quiconque. On attend les résultats de l’enquête qui viendrait quand? En effet nous sommes au Bénin, où aucune enquête n’aboutit jamais.

Pour le moment on s’occupe à présenter des condoléances aux familles éplorées et à glisser quelques enveloppes aux blessées et aux parents des défunts pour préparer les obsèqques. Et après?

  • Les leçons

Pour ma part, je pense fort qu’il faut trouver les responsables de ces drames qui se répètent souvent sur nos stades. Mais aussi que les populations aussi soient disciplinées et suivent les instructions des forces de l’ordre. Enfin que les gouvernants et organisateurs sécurisent plus les grandes manifestations afin d’éviter aux paisibles populations de mourir en allant supporter par patriotisme les équipes nationales.


tokpanoukoudjo

A propos de tokpanoukoudjo

Je suis Béninois, résident au Sénégal. Médecin de formation et spécialiste des maladies infectieuses et tropicales. En outre j'ai une licence en sociologie, ce qui m'aide à faire le pont avec l'homme qui est le coeur de ma profession médicale. En effet tout bon médecin, doit connaître la sociologie de son patient. Car une médecine sans sociologie est une médecine déshumanisée. Ma passion se résume essentiellement en l'écriture et la littérature. Ainsi je suis auteur de "Cedôtôde ou une enfance brisée", roman, édité aux stars Editions, Cotonou, Septembre 2013. A travers ce roman j'évoque la vie difficile des enfants placés appellés '' vidomessi'' en langue '' goungbé'' parlée à Porto-Novo au sud du Bénin. En cours de publications: "Où va le monde des charognards et des vautours", éditions Harmattan, Sénégal. Cet essai de 200 pages aborde les incohérences de la politique africaine et internationale. Cette politiqque qui au nom des intérêts des Etats n'hésite pas à sacrifier des vies humaines. "Ma conviction intime pour le MJUD", Stars Editions. Il s'agit d'une oeuvre de militantisme politique qui relate mon petit parcours d'activiste politique à travers le Mouvement des Jeunes Unis pour le Développement (MJUD). J'ai rencontré mondoblog sur RFI grâce à ma passion pour la culture et la littérature. J'y fais mon petit chemin d'apprenant, pour partager avec le monde les vécus sociétaux et culturels autour de moi. Mes leaders spirituels et charistimatiques sont: Patrice Lumuba, Thomas Sankara, Martin Luther King et Nelson Mandela. Je crois en leur lutte pour un monde plus humain.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *