Bénin: Un accident de la circulation fait plus de 20 morts.


Dans un précédent article dans lequel, j’évoquais la corruption sur nos voies (La surcharge des véhicules sur nos routes est l’autre face de la corruption à visage découvert au Bénin)  et les conséquences de cette corruption, je ne pensais pas si bien dire ou que je prophétisais. Malheureusement cette prophétie n’a pas tardé à se réaliser. En effet ce jour un grave accident de la circulation a arraché la vie à plus de 20 personnes et causé beaucoup de blessés et de dégâts. Un conducteur de camion chargé hors gabarit de plusieurs tonnes de ciment, négocie mal un sens giratoire et se retrouve dans le décor, les pneux de son gros porteur en l’air. accident de circulation 2

La conséquence immédiate est que tout ce qui se retrouvait dans son champ de chute fut littéralement écrasé: Les hommes commes les biens matériels. Les images sont choquantes, effroyables et indescriptibles. Que de pauvres innocents en arrivent à perdre la vie à cause de l’insouciance des uns, c’est fort regrettable. Ces dames et messieurs qui ont juste dire à leurs parents à la maison << que je fasse un tour en ville, je reviens bientôt>> ne verront plus jamais les leurs. Les enfants et femmes attendront pour toujours leur papa pour certains, leur maman pour d’autres. Que de familles endeuillées à cause de la cupidité de nos autorités et agents chargés de la sécurité routière. Le mal est profond et situer les responsabilités serait peine perdue. En écrivant ce billet, j’ai le coeur déchiré par ces images insoutenables. Mais si chacun faisait honnêtement son travail, on éviterait bien sûr ces drames. Le chargeur du camion, connaît la capacité de son véhicule. Alors qu’il le charge dans le respect de l’art. L’âgent chargé de la sécurité routière au lieu de s’occupper des pièces de 500F Cfa, il faut qu’il s’occupe du conducteur indélicat, qu’il le verbalise et l’oblige à mettre hors circuit de nuire, son matériel donneur de mort. Jusqu’à quand la mort va continuer à nous arracher dans une effroyable douleur nos êtres chers. Que les âmes sensibles excusent les images, mais nous sommes obligés de tirer sur la sonnette d’alarme par les faits réels. Sur nos voies, faisont attention, et fuyons ces véhicules qui tanguent devant ou à côté de nous, se ployant sous le lourd fardeau de leur tonne de ferrailles. Malheureusement chez moi au pays, c’est toujours médecin après la mort. En effet, ils viendront, ces gendarmes et policiers, au ventre adipeux, ceinture tombant sous la masse charnue du ventre, faire lle constat de l’accident. Malheur, car ils auraient pu arrêter ce chauffeur indélicat avant qu’il ne commette son forfait. C’est tout simplement triste que cela continue à nous arriver. Pauvres africains.accident circulation 7accident circulation 6


tokpanoukoudjo

A propos de tokpanoukoudjo

Je suis Béninois, résident au Sénégal. Médecin de formation et spécialiste des maladies infectieuses et tropicales. En outre j'ai une licence en sociologie, ce qui m'aide à faire le pont avec l'homme qui est le coeur de ma profession médicale. En effet tout bon médecin, doit connaître la sociologie de son patient. Car une médecine sans sociologie est une médecine déshumanisée. Ma passion se résume essentiellement en l'écriture et la littérature. Ainsi je suis auteur de "Cedôtôde ou une enfance brisée", roman, édité aux stars Editions, Cotonou, Septembre 2013. A travers ce roman j'évoque la vie difficile des enfants placés appellés '' vidomessi'' en langue '' goungbé'' parlée à Porto-Novo au sud du Bénin. En cours de publications: "Où va le monde des charognards et des vautours", éditions Harmattan, Sénégal. Cet essai de 200 pages aborde les incohérences de la politique africaine et internationale. Cette politiqque qui au nom des intérêts des Etats n'hésite pas à sacrifier des vies humaines. "Ma conviction intime pour le MJUD", Stars Editions. Il s'agit d'une oeuvre de militantisme politique qui relate mon petit parcours d'activiste politique à travers le Mouvement des Jeunes Unis pour le Développement (MJUD). J'ai rencontré mondoblog sur RFI grâce à ma passion pour la culture et la littérature. J'y fais mon petit chemin d'apprenant, pour partager avec le monde les vécus sociétaux et culturels autour de moi. Mes leaders spirituels et charistimatiques sont: Patrice Lumuba, Thomas Sankara, Martin Luther King et Nelson Mandela. Je crois en leur lutte pour un monde plus humain.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *