Jeune de ma cité, nos chefs d ‘Etat et autres dirigeants africains devaient avoir honte !


Jeune de ma cité, le fait n’est pas nouveau, mais personne n’y pense, surtout parmi la classe la plus concernée, celle de nos dirigeants et autres décideurs de la vie de nos nations africaines. Oui, jeune de ma cité, ils sont les plus concernées parce que c’est eux qui prennent les décisions de développement et c’est encore eux les premiers bénéficiaires de cette pourriture de situation. Jeunes de ma cité, tu sais que c’est seulement sous nos cieux en Afrique que quand un dirigeant tousse, il prend avion, quand il a mal à la tête, il prend avion, direction Val de Grâce, Hôpital d’ Oxford ou encore Hôpital militaire de Tel Aviv en Israél.
Jeune de ma cité, je ne vais pas remonter très loin pour te donner des exemples en parlant de Mobutu qui a traîné pendant des années son cancer de prostate en Europe, je ne vais te parler aussi de Houphouët qui avait connu le même sort, ni de Eyadema. Je vais juste te parler des cas récents pour attirer ton attention sur le désastre africain qui n’est pas prêt de s’arrêter.
Jeune de ma cité, il n’y a pas longtemps l’information a circulé que le président ADO est mort. Ses opposants en ont fait leurs choux gras. Mais il n’était pas mort, il était allé juste à côté faire regarder sa jambe qui lui faisait mal, par les spécialistes français de renom. On nous a parlé de sciatique. Jeune de ma cité, je ne suis pas contre ADO qui fait sa sciatique, c’est même normal à son âge. Mais ma question est de savoir, y a-t-il pas un spécialiste de sciatique dans ce grand pays africain, qu’est la Côte d’Ivoire ? Mais aussi depuis le vieux Eléphant pour lequel ADO fut l’éminent premier ministre, qu’est ce qu’ils ont pu faire pour doter la C.I d’hôpitaux dignes de nom pouvant traiter la sciatique ? Qu’est ce qu’ils ont pu faire pour former des médecins, infirmiers en diverses spécialités pour soulager la pauvre population de leur pays ? Jeune de ma cité tu comprends qu’ils n’ont rien fait, sinon, ce n’est pas une sciatique qui va conduire notre cher président, au frais, et ceci bien sûr aux frais de la princesse ivoirienne. Là bas à Paris, les éminents spécialistes n’ont pas prescrire autres choses, que notre ibuprofène et paracétamol, ce qu’on pouvait bien sûr prescrire au coin de rue à abobo ou adjamè.
Jeune de ma cité, un autre exemple est celui de notre Général- Pasteur. J’ai appris dans les informations qu’il a senti un malaise et comme ses pairs, il a prit la direction de Paris. Je n’ai rien contre le Général et je lui souhaite d’ailleurs prompte guérison. Mais dis moi jeune de ma cité, durant les 27 ans que le général a fait au pouvoir, passant de militaire-révolutionnaire au démocrate puis au pasteur, combien de briques a-t-il compléter au CNHU, que le Président Hubert Manga a pu construire ? Et pourtant le CNHU est au nez de la présidence, là où le général a fait ses années de règne. Dis moi jeune de ma cité, combien de nouvelles spécialités de pointe sont crées chez toi et chez moi. Le général aurait pu penser à ses vieux jours et créer de nombreux centres hospitaliers avec des matériels techniques de pointe et des spécialistes bien formés ; mais Jeunes de ma cité, hélas ! Les agents de santé sont mal payés, les locaux sont vétustes, les matériels sont rouillés et les malades qui ne peuvent pas prendre l’avion, c’est-à-dire toi et moi, sont laissés à l’abandon.
Jeunes de ma cité, je vais finir mes illustrations par l’algérien, qui à 76 ans, après avoir fait son AVC, disons simplement une crise, et un séjour toujours à paris, se positionne encore pour un quatrième mandat présidentiel. Il n’est plus capable de signer sa déclaration et de lire à haute voix, ce qu’il a écrit, mais il s’accroche au pouvoir. Durant ses 20 ans au pouvoir, s’il n’a pas pu faire confiance aux médecins algériens, pour sa santé, il y a problème. Pour traiter son AVC, il faut aller à Paris. Tu vois, jeune de ma cité, nos chefs d’Etat et autres dirigeants africains devaient avoir honte. Ils devaient avoir honte de ne pas se préoccuper de la santé de leur peuple, ils devaient avoir honte du fait qu’il n’y ait pas d’hôpitaux dans leurs différents pays pour leur calmer un mal de tête ou une diarrhée. Ils devaient avoir honte du regard que portent sur eux ces soi – disant éminents spécialistes occidentaux. Jeunes de ma cité, nos dirigeants doivent réfléchir et trouver des solutions aux problèmes de santé en Afrique, au lieu qu’à chaque fois de choisir la voie de la facilité : prendre avion et partir se mettre au frais. Ils peuvent par exemple au sein de la CEDEAO ; créer des pôles hospitaliers dans chaque pays : Le Bénin peut avoir un grand hôpital régional de Neurologie, le Sénégal, un grand hôpital régional de cancérologie, la Côte d’Ivoire peut avoir le Meilleur centre de prise en charge du diabète. Ainsi, avec les milliards détournés et les frais d’évacuation sanitaire, on peut régler le problème de santé à tous les niveaux et au sein de toute la population.
Jeune de ma cité, sais-tu que j’ai déjà vu des malades mourir faute d’un flacon de sérum, sais – tu que j’ai déjà vu des malades mourir de douleur parce que l’hôpital n’avait pas un produit qui calme la douleur ? Jeune de ma cité, si tu peux faire un tour, fais le au CHNU, ou dans le dispensaire de ton village pour voir ce que j’appelle la misère de la population. En ce moment pour une toux d’irritation, le président prend avion. C’est ça l’Afrique de l’inconscience au sommet de nos Etats
Jeune de ma cité, mais sais-tu aussi qu’il y a une chose qui me réjouit ? Même si on évacue le président, on ne pourra jamais évacuer toute sa famille, et aussi, quand une crise cardiaque arrive, il n’attend pas l’avion pour une évacuation sanitaire, c’est auto-auto, comme on le dit au quartier !
Jeune de ma cité, à la semaine prochaine !
Tkp


tokpanoukoudjo

A propos de tokpanoukoudjo

Je suis Béninois, résident au Sénégal. Médecin de formation et spécialiste des maladies infectieuses et tropicales. En outre j'ai une licence en sociologie, ce qui m'aide à faire le pont avec l'homme qui est le coeur de ma profession médicale. En effet tout bon médecin, doit connaître la sociologie de son patient. Car une médecine sans sociologie est une médecine déshumanisée. Ma passion se résume essentiellement en l'écriture et la littérature. Ainsi je suis auteur de "Cedôtôde ou une enfance brisée", roman, édité aux stars Editions, Cotonou, Septembre 2013. A travers ce roman j'évoque la vie difficile des enfants placés appellés '' vidomessi'' en langue '' goungbé'' parlée à Porto-Novo au sud du Bénin. En cours de publications: "Où va le monde des charognards et des vautours", éditions Harmattan, Sénégal. Cet essai de 200 pages aborde les incohérences de la politique africaine et internationale. Cette politiqque qui au nom des intérêts des Etats n'hésite pas à sacrifier des vies humaines. "Ma conviction intime pour le MJUD", Stars Editions. Il s'agit d'une oeuvre de militantisme politique qui relate mon petit parcours d'activiste politique à travers le Mouvement des Jeunes Unis pour le Développement (MJUD). J'ai rencontré mondoblog sur RFI grâce à ma passion pour la culture et la littérature. J'y fais mon petit chemin d'apprenant, pour partager avec le monde les vécus sociétaux et culturels autour de moi. Mes leaders spirituels et charistimatiques sont: Patrice Lumuba, Thomas Sankara, Martin Luther King et Nelson Mandela. Je crois en leur lutte pour un monde plus humain.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *