post

Le déguerpissement des espaces publiques a commencé à Cotonou.

Le gouvernement de la Rupture puis du Bénin Révélé était fortement attendu sur cette opération de déguerpissement des espaces publiques occupés dans les grandes villes du Bénin.

En effet annoncé à grands renforts de démonstration musclée par le préfet du Littoral, appuyé par le ministre du cadre de vie, cette activité est devenue effective ce jour. IL s’agit pour les occupants des espaces publiques de libérer lesdits domaines avant le 31 décembre 2016, sous peine de se voir éjecter des lieux manu militari.

Les propriétaires assistent impuissants à la démolition de leur immeuble situé dans l’emprise de l’espace publique.

Opération controversée, diversement appréciée par les différents acteurs de la société, elle se tient fermement ce jour et selon un calendrier bien défin, sous l’oeil vigilant de l’auteur de la création de la ligne rouge à Cotonou, le très actif préfet du Littoral. Il faut cela pour les béninois diraient certaines langues, car trop de désordre dans cette démocratie où chacun semble connaître ses droits plus que l’autre mais où personne ne se demande quel est son devoir.

Il faut venir chez moi au Bénin pour voir comment les trottoirs sont occupés par des vendeurs et vendeuses, des espaces de jeux occupés par des vendeurs d’essence frelatées au vu et au su des autorités compétentes. Mais depuis la révélation du Bénin révélé, voilà le toboulisme (néologie créée à partir du nom du préfet du Littoral) qui maintient les béninois au respect.

J’ai compris que le béninois peut être respectueux des décisions de l’autorité pourvu que cette derrnière reste ferme et ne fait pas de clientélisme. Après le deguerpissement des espaces, c’est sûr que l’autre terrain où la Rupture va s’essayer est la lutte contre la vente illicte de l’essence frelatée dite kpayô au bord des voies publiques.

Bravo aux actions du Bénin révélé et que le béninois soit pour une fois discipliné. Le président Talon est clair et ferme là dessus, Gouverner,  c’est la vertu et la rectitude

 

post

Bénin: Les fonctionnaires du secteur public marquent la Rupture avec le gouvernement de la Rupture.

Ils n’entendent plus se laisser faire. Ils, ce sont les fonctionnaires du secteur public du Bénin, notamment ceux du Ministère des Finances et de l’Economie. Pour ces habitués des grandes primes et autres motivations pécunières hors salaire, les méthodes de fonctionnement du Nouveau Départ, ne seraient pas compatibles avec leur attente en adoptant le concept de la Rupture pour rompre avec la continuité des « après nous c’est nous« . Greve fonctionnaire 3Alors ils ont décidé de marquer la Rupture avec l’allégresse qui a suivit l’élection du nouveau président et son investiture le 06 avril 2016. Talons renforcés  et rehaussés, ils ont décidé de battre le macadam pour signifier leur mécontentement à Monsieur le Président de la République,Son Excellence le  Chef du Gouvernement, le Chef Suprême des Armées, la Haute Autorité, Chef de la Magistrature, TALON. Que veulent-ils ou que dénoncent -ils? Je ne saurais le dire, en effet la motion de grève ne m’était point adressée. Mais j’ai pu lire sur les pancartes érigées au cours de la marche de protestation, qu’ils ne veulent plus la nomination des retraités au Ministère des Finances et de l’Economie. Par ailleurs j’ai pu apercevoir sur les étiquettes qu’ils souhaitent « des concours professionnels à bonne date«  mais aussi le maintient des « DRFM« et des « DRH« car il n’y a de richesses que d’hommes selon toujours nos révoltés.

Talons renforcés ils battent le trottoir contre TALON

Talons renforcés ils battent le trottoir contre TALON

Greve fonctionnaire4

Etiquettes de mécontentement brandies les manifestants crient leur desarroi

Donc cette fois-ci en réalité, il ne s’agit point de revendication de primes ni d’une quelconque augmentation de salaire. Mais de quoi s’agit-il donc? Les premières résistances contre les réformes de la Rupture? Le Ministre des Finances et de l’Economie laisse toutefois la porte ouverte au dialogue et invite ses administrés à avoir de l’audace pour oser réaliser des changements et devenir plus performants. Dans tous les cas, il reste et deumeure le seul ordonnateur du Ministère des Finances et de l’Economie. Vivement que le Président Talon ramène nos mécontents de leur haut  talon pour chausser la même pointure de compréhension et de paix pour le bon fonctionnement du service public.

Tkp.

post

Bénin: Les fraudeurs découvrent la formule secrète de la boisson Coca Cola.

Mécanisme d'extraction de la boisson coca cola de façon traditionnelle

Mécanisme d’extraction de la boisson coca cola de façon traditionnelle

On pensait que ce fut la formule de boisson la plus gardée au secret dans monde. Mais depuis peu des fraudeurs béninois ont mis la main sur ladite formule. Ils produisent de façon traditionnelle la boisson phare des USA: Le Coca Cola.Comment parviennent-ils à le faire? Je ne le sais point car je ne suis pas dans les secrets des dieux. Dans tous les cas beaucoup de cannettes de boissons de Coca Cola made In Bénin village, sont déversées sur le marché béninois. Les experts parleraient aisément de boissons frelatées et de contre façon. Aux douaniers et aux autres forces de l’ordre de faire donc le ménage pous sauver la vie des consommateurs.

Pendant combien de temps durerait encore cette machination et manipulation de la vie des populations à qui on fait consommer des produits toxiques. Même si déja la boisson Coca Cola made in América, était déja un poison, compte tenu de son impact sur la santé, demontré par beaucoup de scientifiques et nutritionnistes, qu’en serait-il de cette boisson fabriquée dans les cabanes d’un faubourg du Bénin.

Que les autorités nous sauvent.

Tkp

post

BENIN: Fait insolite dans la ville d’Abomey, un arbre se met à consumer spontanément de l’intérieur.

Le Bénin est perçu à l’international comme berceau du vodoun. Ce n’est pas exagéré de le dire car c’est du Bénin que le culte vodoun fut exporté vers les Antilles et les Amériques au décours du commerce triangulaire. Le 10 janvier est retenu au niveau national pour commémorrer les religions endogènes et les divinités. Des faits les plus surnaturels les uns que les autres viennent étayer cette thèse qui fait du Bénin, un pays de mythe.


1-Un arbre qui brûle spontanément de l’intérieur.

Il ne s’agit pas sûrement d’un phénomène qui survient régulièrement. Nous savons qu’il a des volcans qui entrent en éruption spontanément et versent leur larve magmatique brûlant dans la nature sur plusieurs kilomètres. Nous avons aussi vu des séismes qui secouent la terre et détruisent tout sur leur passage, sans parler des tsunamis qui ravagent tout ce qu’ils rencontrent sur leur chemin.Tous ces phénomènes ont une explication scientifique. Mais à voir un arbre qui se consume spontanément de l’intérieur jusqu’à dégager du feu, la fumée et la braise sur son tronc, c’est du jamais vu. Il faut venir au Bénin, dans la ville historique d’Abomey dans la région centre du Bénin pour voir ce mystère.

observer la braise et la fumée qui se dégage du tronc d'arbre

observer la braise et la fumée qui se dégage du tronc d’arbre

Une foule de curieux qui se mobilisent pour voir le phénomène

Une foule de curieux qui se mobilisent pour voir le phénomène

2- Hypothèses

Dans un contexte pareil où le mystère se mêle aux réalités physiques, nombreuses sont les hypothèses évoquées par les uns et les autres. Le point commun à toutes celles-ci est que ce phénomène ne relève pas du naturel. Forcéemnt ce feu qui consume de l’intérieur provient d’une activité occulte selon certains. Ceux -ci assimillent l’arbre à un repaire de sorciers qui auraient procédé à des festins macabres. Certains pensent qu’il s’agit d’un arbre fétiche qui serait en train de révéler ses forces surnaturelles occultes.

Dans tous les cas pour le commun des mortels qui ne peuvent voir qu’avec des yeux physiques, il s’agit d’un arbre qui brûle de l’intérieur spontanément. Y a-t-il une place pour les réflexions scientifiques? Possible. Mais pour l’instant, le mystère perdure. Les réalités endogènes et cultuelles du Bénin sont têtues et s’imposent.

les curieux venus nombreux ne veulent point se faire conter l'événement.

les curieux venus nombreux ne veulent point se faire conter l’événement.

Tkp.

Une équipe de sapeurs pompiers est mobilisée pour parrer au plus grave

Une équipe de sapeurs pompiers est mobilisée pour parer au plus grave

 

post

Thomas Sankara: Un martyr négligé au Burkina Fasso.

Comme le fit le Christ il a donné sa vie pour sauver ses convictions politiques et sociales en lesquelles il croyait. Mort en martyr après avoir été trahi par son plus proche ami et frère, le Président capitaine Thomas Sankara connaît une seconde mort dans son pays, du fait de la négligence et de l’oubli que sa mémoire matérielle subit au quotidien.


1- Une visite sur les traces de Thomas Sankara.

Je me suis toujours juré que mon premier point de chute dès mon arrivée à Ouaga serait le cimetière où Thomas Sankara fut enterré à la hâte après son horrible assassinat le 15 octobre 1987 au siège du Conseil de l’Entente à Ouagadougou. Effectivement l’occsasion m`a été donnée la semaine dernière de faire un tour au Burkina Fasso et donc de réaliser mon rêve de me recueillir sur la tombe de mon leader charistimatique.

Mais quelle ne fut pas ma surprise désagréable de constater que ce qui devait être un lieu de recueillement et d’inspiration, un sanctuaire pour nombre de leaders africains et mondiaux est laissé dans une ruine totale. Un grand espace dit «  cimetière« , avec quelques tombeaux dispersés dans une broussaille mal entretenue. Ce fut mon premier choc. Comment peut-on laisser un endroit d’aussi haute importance dans une ruine sans pareille. Même mon ami Burkinabè qui a eu la gentillesse de me servir de guide, se perdait dans l’orientation et le site réel ou le président Thomas aurait été « enfoui«  à la hâte en ce jour sombre d’octobre 1987. Finalement nous avons eu recours à un riverain qui a accepté nous conduire sur ce qui restait des peirres tombales où le révolutionnaire et de ses autres collègues d’infortune qui ont trouvé la mort avec lui dans les mêmes circonstances barbares furent inhumés.

Plus rien ne reste des tombeaux. Si ce n’est des blocs de pierres remués dans tous les sens. Notre guide improvisé nous donna comme explication que ce désordre est dû à l’exhumation des restes pour raison d’enquête.

Cimetire Thomas Sankara. Mon ami et moi postant derrière ce qui reste des pierres tombales de Thomas

Cimetière Thomas Sankara. Mon ami et moi postant derrière ce qui reste des pierres tombales de Thomas

Reste des pierres tombales de Thomas. Lisez avec attention Président- Chef de l'Etat

Reste des pierres tombales de Thomas. Lisez avec attention Président- Chef de l’Etat

Cimetiere_SANKARA2[1]

Un sanctuaire abandonné à la ruine.

Bloc de pierre illustrant l`état actuel du cimetière Thomas sankara

Bloc de pierre illustrant l`état actuel du cimetière Thomas sankara

Je n’ai rien contre l`enquête pour établir les circonstances du décès du capitaine Thomas et ses collègues d`infortune: Je trouve même que c’est capital pour enfin faire le deuil de nos martyrs. Mais je suis contre l’abandon dans la ruine  d’un lieu aussi symbolique. Même si le gouvernement défunt a voulu tuer avec Sankara tout ce qui lui est rattaché, au moins que les autorités actuelles et les responsables de la municipalité sauvegardent la mémoire physique des «  sacrifiés«  du peuple. Au delà de l’aspect révolutionnaire, la municipalité de Ouagadougou peut faire de ce lieu un site touristique à forte destination. Mais hélas nous sommes une fois encore en Afrique.

2- Cap mis sur la maison famililale de Thomas Sankara à Ouagadougou.

Après mon amertume au cimetière je me suis décidé à rendre une visite de courtoisie à la famille du capitaine Thomas Sankara en plein coeur de Ouagadougou. Mon ami Kaboré après quelques détours me conduisit donc dans cette maison paternelle qui a vu naître le grand leader. Ce qui frappe d’emblée est la sobriété de la maison. Une maison semblable à toutes celles qui l’entourent à la différence que sur le mur de celle-ci est frappée une plaque nommant la rue «  Rue Joseph SANKARA« 

A l’intérieur de la maison, c’est la même simplicité que celle qu’incarnait Thomas Sankara. Une belle soeur du capitaine nous accueillit avec sourire aux lèvres et forte sympathie et nous présenta quelques photos archives de mon leader. Ensuite je fis une visite émouvante des lieux où mon feu capitaine a passé ses jours d’étudiant. Ce fut pour moi une visite de recueillement et d’inspiration. Le martyr est mort, vive le martyr: La patrie ou la mort, nous vaincrons.

 

 

 

post

Sécurité internationnale: désormais je voyagerais volontiers nu.

Le contexte international est de plus en plus marqué par l’insécurité et le phénomène du terrorisme avec ses attentats très meurtriers. Nulle part au monde, plus personne ne se sent en sécurité et tous nous sommes devenus méfiants les uns des autres. Le voisin et surtout le voisin inconnu inspire une peur inavouée.Tout le monde se méfie de tout le monde.


1- Les contrôles de plus plus renforcés aux frontières et aéroports.

Je suis un pigeon voyageur. Ma passion est le voyage. Mais de plus en plus, cette passion devient lourd à porter. Il y a un peu plus d’un mois je passais par la Côte d’Ivoire pour rejoindre un pays de la sous région. Mais les formalités de police furent rapides. Non encombrant. Mais il y a deux jours que j’ai fait le même itinéraire et alors ce fut éprouvant. A l’aéroport d’Abidjan, la file des voyageurs fut très longue: une longue queue. Les policiers devaient contrôler méticuleusement l’identité de chaque voyageur. Mais encore là pas de problème.

Mon désarroi va commencer au poste du scanner. Là encore une longue file. Mais en plus des baggages à fouiller, il faut enlever chaussures, bracelets, collier et même la ceinture. C’est là j’ai donc décidé de voyager désormais nu. En effet après avoir enlevé la ceinture du pantalon, que reste t-il? Il reste à ce que le pantalon tombe. Le pantalon tombé, que reste t-il? Que le sous vêtement m’abandonne. Alors pour aller plus rapidement dans ces contrôles et arranger aussi la tâche aux policiers et autres garde-frontières, je voyagerais désormais nu.

Un voyageur aussi irrité que moi s’indignait de tout ce temps de contrôle. Alors tranquilement je lui ai rappellé que le week end noir de Grand Bassam en est pour quelque chose. La securité à tous n’a pas de prix. Il faut perdre en temps pour qu’un salaud d`éclairé ou de soi disant illuminé ne fasse exploser l`avion en plein air.

Controle aeroport C.I

Voyageurs en attente de contrôle dans le hall de l`aéroport d’Abidjan. Une longue file

Contrôle des voyageurs à l'aéroport d'Abidjan

Contrôle des voyageurs à l’aéroport d’Abidjan

2- les dérives et perversions sont au rendez-vous

IMG-20160330-WA0008

Ici ce sont les seins qui sont « fouillés«  pour les mêmes besoin de sécurité

Cette situation de fouille corporelle laisse une grande porte ouverte à la perversion et aux manoeuvres de harcellement ou d’attatouchement sexuel. Les gardes-frontières en profitent avec plaisir et à fonds. On palpe les seins à la femme, on lui caresse en passant l’entre jambe. Oui la sécurité collective n’a pas de prix. Mais est ce à tel point?  Mais quelle bombe ou explosif une femme peut-elle cacher dans son sexe ou dans son sein. En tout cas nous voulons vivre en sécurité partout sur la terre, mais aussi un peu de dignité pour nos femmes, nos soeurs et nos mamans. Les terroristes savent comment contourner tous ces mécanismes de surveillance pour apporter la terreur dans nos villes mais surtout dans nos coeurs. Pour finir avec le terrorisme, les puissances qui se disent les gardiens du monde savent bien où attaquer le mal à la racine. Mais l`hypocrisie qui est le maître mot de la gouvernance mondiale sait dicter sa loi. Pour le moment nos femmes se font palper les seins et fouiller le sexe par les garde-frontières et les kalacknikov continuent de faire pleuvoir leurs balles sur d`honnêtes citoyens. Tkp.

Fouille securitaire

Un garde frontière fouillant l’entre jambe d’une voyageuse

post

Election présidentielle au Bénin: Trente trois partants, un seul élu.

Le verdict est irrefutable. Point n’est besoin d’attendre la Cour Constitutionnelle pour déclarer que le futur président du Bénin sorti des urnes a pour nom Patrice TALON. Le roi est mort, vive le roi. Un pouvoir s’en va et un autre s’installe. Le changement et la refondation font place à la rupture et c’est le Bénin qui gagne.


 

1-Le président Boni YAYI, agent de publicité du président Patrice TALON.

Il a pour nom Patrice TALON. Le nouveau président élu de la République du Bénin, n’est pas un inconnu de ses compatriotes. Depuis octobre 2012, il occupait la scène politico-publique du Bénin et des régions que le Bénin interesse par cette ténébreuse affaire dite de tentative d’empoisonnement du chef de l’Etat en fin de mandat, le Dr Profeseur Boni Yayi. En effet si Patrice Talon que nous devons nous employer désormais à appeller Son Excellence Monsieur le Président, se coulait douce dans ses affaires de coton et d’usines d’égrenage sans se faire connaître du monde populaire béninois, il faut dire qu’il aurait bénéficié d’une publicité gratuite de la part du chef de l’Etat sortant et de son système. Le système dis-je aurait contribué à faire sortir le Futur Excellence de l’ombre et à le mettre sous les lampadaires ou les lampions des béninois. En tout cas durant plus de deux ans, le président sortant Yayi Boni fut l’agent de publicité du futur ou actuel Excellence Monsieur le président de la République du Bénin. Reste à savoir comment les factures de cette publicité seraient payées par le futur locataire du palais de la Marina?

2- De l’exil au pouvoir.

Contraint à se réfugier en France pour échapper à la machine répressive politico-judiciaire de son ex-associé Excellence Monsieur le Président de la République Patrice TALON, va parfaire son plan de prise du pouvoir et se faire entourer des gros bonnets intellectuels, peu politiques selon certains mais très habiles et aussi rusés que lui,


et occuper la scène nationale progressivement et étendre son réseau et ses filets à travers le pays du nord au sud et de l’est à l’ouest. Renard sûrement il fouinait tranquilement dans les brèches, les élargissait et s’adaptait tel un caméléon et avançait à pas lents mais avec forte assurance.

Ainsi le 20 mars 2016 vint livrer le secret de polichinelle des béninois: Finir avec le système YAYI et donner feu vert à son frère et ennemi juré: Patrice TALON. Tout le monde le savait. Les béninois étaient fatigués de leur président, mais tout le monde se demandait qui allait le remplacer. Celui-ci n’était sûrement pas loin du pouvoir, car il l’aurait financé et l’aurait monté lui-même depuis 2006. Il nommait les ministres et gerait les affaires du pays par procuration: c’est le génie du futur Excellence Monsieur le Président de la République.

3- Les leçons à tirer de cette élection.

La première leçon est que cette élection s’est déroulée dans le calme. Les béninois ont voté sans violence aucune.

La deuxième leçon est celle de l’humilité en toute chose. En effet vu le grand fossé qui s’est creusé entre les deux présidents, le sortant et l’entrant, il faut une bonne dose d’humilité des deux côtés pour que le rapprochement se fasse. Le président sortant a juré tout le temps de ne jamais donner le pouvoir à son ennemi juré: Mais en le disant il prophétisait le succès de l’autre et Dieu l’écoutant lui demande de passer le témoin à celui-là qu’il a oint pour diriger le pays. Comment faire? Wait and see.

La troisième leçon est que rien n’est éternel sur cette terre. Tout est éphémère et tout passe sauf la parole de Dieu. Dix ans pour Yayi Boni, seraient passés trop vite. Le président sortant a-t-il eu le temps de dérouler tout son projet de société? Je ne peux le dire. Pour le reste il va devoir passer les dossiers à son frère et AMI le président Patrice TALON et son équipe pour la continuité. Vive le Bénin, Vive le peuple et l’alternance au sommet de l’Etat.

Tkp.

post

Bénin: La campagne pour le second tour de l’élection présidentielle très moche.

1- Un premier tour très palpitant.

Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle proclamés par la Cour constitutionnelle donne gagnants pour le second tour les candidats Lionel ZINSOU (27,11%) et Patrice TALON (23,52%). L’un se réclamant de la Vraie rupture et l’autre de la Rupture.

Après la période de l’effervescence dans les deux états major des candidats venus en tête, l’heure aux différents ralliements. Le candidat Lionel ZINSOU maintient sa grande coalition dite republicaine, composée des forces FCBE, coalitiion du chef de l’Etat, le PRD, parti du président de l’Assemblée Nationale, la RB, le parti du maire de la ville de Cotonou, avec les nombreux autres partis alliés.

Quant au camp dit de la Rupture, il compte en son sein les partis qui avaient soutenu le candidat Patrice TALON au premier tout comme Alternative Citoyenne.  A ce lot de partis viennent s’ajouter tous les partis et mouvements des candidats recalés au premier tour, notamment le candidat  Sébastien ADJAVON venu en troisième position avec 22,07%, le candidat Abdoulaye BIO TCHANE,( 7%) et Pascal Irenée KOUKPAKI (5%). Dans ce grand nombre il faut remarquer aussi tous les anciens ministres du président Boni YAYI, comme Alexandre HOUNTONDJI, François NOUDOGBESSI, Kogui N`DOURO, Richard SENOU et ses nombreux conseillers spéciaux et techniques qui polluaient le palais de la présidence et tombés autrefois en disgrâce. Cet attroupement des anciens dignitaires qui ont pactisé avec le président sortant fait craindre aux observateurs que la Rupture ne soit un retour déguisé de ceux qui ont mangé dans la calebasse avec des poêles ou des pêles. Est ce une rupture quand tous les ministres déchus d’un régime se retrouvent avec un ancien bras financier du régime accusé à tort ou à raison de destabiliser le pays en projettant l’empoisonnement du chef de l’Etat. Affaire classée non lieu depuis et pardon proclamé de chaque côté des protagonistes.

2 – Un second tour sans grande effervescence.

La deuxième phase de cette campagne se caractérise par une raréfaction des mouvements comme au premier tour. Loin de nous les grands meetings ou rassemblement populaires. Les grandes caravanes laissent la place aux contacts de proximité. Déficit de moyens financiers ou changement de stratégie. Seuls les candidats peuvent le dire. L’autre raison pourrait aussi être que chaque candidat estime de son côté que le tour est gagné et point n’est besoin de jeter l’argent par la fenêtre. Ceci serait une grave erreur car cette élection du 20 mars est en toute une autre.

En tout cas à quelques heures du scrutin, le pays est calme, les béninois vaquent paisiblement à leurs occupations, ils vont et viennent en paix au moment où certains responsablent de parti sillonnent les maisons pour distribuer encore quelques billets de banque qui traînent ça et là dans les coffres.

Vivement que le 20 mars le peuple sorte voter et que celui qui va amorcer le développement de ce petit pays , le Bénin sorte des urnes.

le candidat Talon faisant promotion pour Zinsou. Pur montage

le candidat Talon faisant promotion pour Zinsou. Pur montage

Le candidat Zinsou fait campagne pour Talon: Pur montage

Le candidat Zinsou fait campagne pour Talon: Pur montage

post

Bénin: Campagne électorale pour les présidentielles, la revue de presse de ce jour.

La revue des titres des journaux, l’autre faç0n de faire de l’information une priorité. Suivons à travers ce recueil de journaux, l’actualité de la campagne électorale pour la présidentielle du 06 Mars 2016 au Bénin.

le lieutenant de la RUPTURE, associé au candidat Patrice Talon, aurait peur d'un KO au 1er tour du candidat de la mouvance présidentielle.

le lieutenant de la RUPTURE, associé au candidat Patrice Talon, aurait peur d’un KO au 1er tour du candidat de la mouvance présidentielle.

Le candidat Adjavon Sébasttien avec son lieutenant He Rachidi Gbadamassi, mobilisent l'attention de la presse

Le candidat Adjavon Sébasttien avec son lieutenant He Rachidi Gbadamassi, mobilisent l’attention de la presse

Le candidat Lionel Zinsou en marcheting politique dans le grand marché international de Dantokpa

Le candidat Lionel Zinsou en marcheting politique dans le grand marché international de Dantokpa

Le candidat de la Rupture Patrice talon fait du charme politique en dix points

Le candidat de la Rupture Patrice Talon fait du charme politique en dix points

Le candidat Adjavon en démonstration de force politique.

Le candidat Adjavon en démonstration de force politique.

Le maire de Ouidah, Sévérin Adjovi, chercherait toujours une chaise pour faire asseoir son choix pour l'élection présidentielle.

Le maire de Ouidah, Sévérin Adjovi, chercherait toujours une chaise pour faire asseoir son choix pour l’élection présidentielle.

Les candidats Aké Natondé et Atao Hinnouho: Deux jeunes dans la course pour la Marina

Les candidats Aké Natondé et Atao Hinnouho: Deux jeunes dans la course pour la Marina

post

Présidentielle au Bénin : la campagne électorale commence

L’élection présidentielle prévue pour mars 2016 au Bénin est entrée dans son dernier virage. A partir d’aujourd’hui, débute sur toute l’étendue du territoire nationale la campagne électorale.


La grande certitude

Il n’y a plus de doute. Le 6 mars 2016, le corps électoral béninois ira aux urnes pour le premier tour de l’élection présidentielle afin de désigner le successeur du président Boni Yayi, l’homme du changement et de la refondation.

Deux semaines de mobilisation, de sensibilisation, d’agitation, d’insomnie et de pollution vocale. Tous les candidats, en tout cas pour ceux qui en ont les moyens, doivent parcourir toutes les contrées du pays pour inviter le peuple et surtout le bas peuple, à voter pour tel ou autre candidat, présenté comme étant le meilleur, le messie, le sauveur.

Les promesses électorales

C’est en cette période que les villageois de mon cher et beau pays le Bénin, voient plus de grosses cylindrées circuler dans les grandes campagnes. En l’espace de deux semaines, le pauvre agriculteur de mon village prend de la valeur et fait monter les enchères. Tous les candidats viennent solliciter son suffrage avec les nombreux salamallékoun. Subitement tout le monde s’intéresse à sa condition de vie : pour l’eau potable qui manque dans le village, on promet d’en faire le forage. Pour le centre de santé qui n’existe pas, dès qu’on aura le pouvoir on va y envoyer le meilleur médecin du pays. Pour l’école qui a connu son dernier instituteur depuis dix ans, à la prise du pouvoir par notre candidat, on viendra construire la résidence du directeur d’école. Bref, c’est la période de toutes les promesses démagogiques et malheur à celui-là qui osent croire en celles-ci. En tout cas comme l’avait si bien dit l’actuel président de l’Assemblée Nationale, les promesses électorales n’engagent que ceux ou celles qui  croient en elles.

Mais la population a tout compris depuis et sait qu’après cette période, il n’y a plus rien à espérer de ces farceurs qui en l’espace de quelques jours se transforment en bon samaritain. Alors elle en profite pour soutirer le plus possible à ceux qui se présentent à elle : tee-shirt, argent, vivres et denrées alimentaires, moyens de transport et de communication. Tout y passe. Pourvu que le candidat donateur croit que son vis à vis est sincère, il en donne : grand marché de dupes.

Les premières images de la campagne

Pour vous faire vivre les premières heures de cette campagne, je vous propose la sélection de quelques photos illustratives.

les Zémidjan ou conducteurs de moto à deux roues, moyens de communication politique très utilisés en cette période de campagne électorale

les Zémidjan ou conducteurs de moto à deux roues, moyens de communication politique très utilisés en cette période de campagne électorale

Un électeur vérifiant ses données sur sa carte d'électeur

Un électeur vérifiant ses données sur sa carte d’électeur

Le candidat Sébastien Adjavon prenant un bain populaire lors d’un meeting dans un stade de la place

Le candidat Lionel Zinsou délivrant un message politique

Le candidat Sebastien Adjavaon en deplacement politique

 

Le candidat Pascal Irenée Koukpaki saluant la foule lors d’une sortie politique

 

Le candidat Lionel Zinsou saluant la foule lors d'un déplacement politique

Le candidat Lionel Zinsou saluant la foule lors d’un déplacement politique

Panneau géant illustrant le candidat Koukpaki

Les vodouns se font aussi inviter dans la campagne. Ici le fétiche Zangbétô ou gardien de la nuit lors d'un meeting politique

Les vodouns se font aussi inviter dans la campagne. Ici le fétiche Zangbétô ou gardien de la nuit lors d’un meeting politique